C’est le week-end, pas de cours pour nos élèves. Les emos sont partit prendre un petit déjeuné à la cantine et ont prit leur sac pour retourner dans leur cher maison, qu’ils ont réussit à se payer après un été à chercher des petits boulots par ci et par là. Arrivés au niveau de la maison, ils aperçurent une silhouette, qui se précisait de plus en plus à chaque pas. Arrivés devant le seuil de la porte, nos héros ont put constater qu’il s’agissait d’un homme d’âge avancé en costume qui portait deux mallette.

Homme : Bonjour, suis-je bien au domicile de Katsura Oshina ?

L’homme avait une voix froide, pourtant il souriait d’un sourire sincère et plein de bienveillance.

Oshi : Euh … Oui, c’est moi !

Homme : Parfait *sourire* Pourrions-nous entrer ?

Hiba : C'est-à-dire qu’on sait pas qui vous êtes monsieur

Homme : Oh mais oui, où avais-je la tête ? Je suis Jean Lebon, oui, mes parents avaient un sens de l’humour inouï … Je suis un notaire, celui de votre défunt père mademoiselle.

Oshi : … Oh.

Notaire : Cela semble vous choqué en quelques points …

Oshi : Je crois qu’on devrait parler de ça assis …

Notaire : Bien volontiers.

Oshina ouvrit la porte pour laisser entrer Jean Lebon et les emo, avant de refermer la porte.

Oshi : Par ici, si vous voulez bien …

Et elle emmena le notaire dans le séjour et s’installèrent autour de la table. Pendant ce temps, les autres, ne voulant pas s’imposer ni porter atteinte à l’intimité de leur aînée, s’occupèrent à ranger leur affaires rapidement et se cloîtrèrent dans la chambre « garçon » en écoutant discrètement se qui se disait.

Oshi : Donc …

Notaire : J’ai la peine à vous annoncer que votre père est mort le mois dernier, son acte de décès a été conforme et son testament validé, que je m’apprête à vous lire.

Oshi : Vous voulez dire qu’il n’est mort que récemment ? Et pas comme depuis 14ans ?

Notaire : Eh bien, oui !

Oshi : … Vous pouvez lire le testament *main sur le visage pour réfléchir*

Oshina avait toujours cru que son père était mort il y a 14ans, c’est pour ça qu’à l’âge de ses 3ans, sa mère avait quitté le Japon pour faire son deuil, que lui avait donc caché sa mère ?

Le notaire lu le testament, stipulant seulement qu’il léguait à sa fille une mallette.

Oshi : Excusez-moi, il n’aurait pas laissé un autre mot, quelque chose ?

Notaire : Eh bien, non, à ma connaissance …

C’était beau ça, donner une mallette comme ça sans aucune explication.

Notaire : Cependant, d’après la profession de votre père, j’estime que cette mallette renferme bien des choses …

Oshi : Il était quoi d’abord ?

Notaire : Détective privé, ex-policier.

Oshi : Alors comme ça il était détective ? Quelle bonne blague …

Notaire : Et pourtant oui, il était très populaire à une époque, et puis à partir d’un moment, il s’est retiré du circuit et on l’a retrouvé assassiné dans son office …

Oshi : Assassiné ?

Notaire : Oui … Le ou les coupables n’ont pas été retrouvés aux dernières nouvelles …

Que de révélation en quelques minutes pour Oshina, et ce qui restait à venir était beaucoup plus grave, mais elle ne le savait pas encore.

Notaire : Je crois que je vais vous laisser, voici la mallette, j’espère que vous pourrez un jour comprendre votre père avec son contenu … Si jamais vous voudriez des informations, contactez moi. *laisse sa carte de visite*

Il laissa là la jeune fille à ses pensées et salua les emos qui étaient dans le couloir puis sorti.

Oshina était toujours pensive quand ses amis arrivèrent dans le salon.

Hiba : *s’installe sur la chaise à côté d’elle* Ça va ? *lui passe la main sur le bras*

Oshi : … O-Oui … C’est juste que j’avais jamais entendu parler de mon père, et il revient, mort ... Haha, c’est tellement con.

Le silence s’installa, personne ne savait vraiment quoi dire pour détendre l’atmosphère.

Kimin *regardant par la fenêtre* : Sinon, pourquoi t’ouvrirais pas cette valise, doit bien y avoir quelque chose dedans.

Oshi : Ouai, ça sera déjà quelque chose …

Elle tourna la mallette de sorte que l’ouverture soit face à elle, et elle l’ouvra. Du moins elle essaya, car le bagage était verrouillé.

Oshi : Euh … *force un peu plus*

Hiba : Je crois que …

Oshi : Putain ! *balance la mallette sur la table* Fait chier ! *se relève en faisant tomber sa chaise et en cognant la table*

Oshina ne s’énervait que très rarement, voire jamais, et là, les larmes montaient aux yeux de l’ainée, la frustration qu’elle avait accumulé toute sa vie à propos de son père explosa. Ses jambes fléchirent et elle tomba à genoux, pleurant de tout son saoul. Hibari se baissa et prit dans ses bras son amie, qu’il considérait comme sa sœur, et lui frotta le dos, elle accepta l’étreinte et commença à mouillé le tee-shirt du brun. Kimin regarda le paysage avec plus d’intensité avec une expression de douleur, ielle préféra rester imperméable à ses pleurs, pas qu’ielle n’éprouvait pas de la compassion pour la fille, tout au contraire, Kimin ne pouvait que comprendre ce genre de situation, et voulait à tout prix ne pas céder à un moment de faiblesse pour ielle aussi pleurer. Didi s’agenouilla auprès d’Oshina qui lui tournait le dos et lui posa la main sur l’épaule, ne sachant pas quoi faire, elle aussi pouvait un peu se mettre à sa place. Elle voulait lui montrer qu’elle était là, mais elle ne savait pas, les relations humaines, tout ça, c’était pas trop à sa portée, elle n’était pas si proche d’Oshi au final …

Hibari se sentait impuissant, il ne pouvait rien faire pour l’aider, et ne pouvait même pas comprendre la situation d’Oshina, il savait que parmi tous ses amis, c’était lui qui avait le moins de problème avec sa famille. Un pincement au cœur naquit, il se sentait coupable d’être aussi heureux auprès de ses amis. Coupable d’avoir vu leurs sourires contents et mélancoliques lorsqu’il s’était réconcilié avec son frère ou même quand il avait retrouvé son père, le premier jour des cours à l’académie.

Oshina se releva quelques minutes plus tard, elle regarda alors la cause de son soucis posé sur la table et soupira.

Didi : Tu devrais peut-être ranger la valise dans un coin en attendant de trouver comment on peut l'ouvrir...

Et c'est ce que fit Oshina en rangeant la valise dans le placard de l'entrée ou nos emo rangeaient leurs chaussures.

Le soir après un repas tout à fait diététique et saint pour nos chères compagnons, c'est à dire une bonne grosse pizza. Ils décidèrent de se changer les idées devant un film d'horreur en streaming sur l'ordinateur portable d'Hibari qui avait travaillé les week-end pour pouvoir se l'offrir. Alors que Kimin caché(e) sous sa couette ronflait depuis le 3ème mort assassiné à coup de petite cuillère, que Didi essayait de paraître courageuse en regardant le film les doigts entrouverts sur le visage, qu'Hiba mangeait le pop-corn bruyamment tout en en faisant tomber régulièrement par terre à chaque sursaut, Oshi elle semblait ailleurs son regards vide fixait pourtant l'écran mais son paquet de marshmallow posé à côté d'elle était intacte, ce qui lui ressemblait guère.

La nuit tomba vite et Hibari traîna donc Kimin dans leurs chambre, Didi rejoint celle qu'elle occupait avec Oshina, alors que l’aînée traînait encore au salon. Elle avait attendue d'être seule pour retourner prendre la mallette. Hiba qui revint alors dans le salon pour chercher son Pc trouva Oshi assise devant la mallette et il s'arrêta en écoutant ce que sa meilleure amie racontait à la mallette.

Oshina : Alors comme ça tu es le seul cadeau que m'offre mon père, avec tout ça je vais chier loin... De plus le notaire parle d'assassinat et toute les explications sont sûrement à l'intérieur de toi... Laisse moi t'ouvrir que je sache tout ce que m'ont caché mes parents...

Elle réessaya d'ouvrir la mallette sans plus de succès que plus tôt.

Oshina : Il fallait que tout ça arrive maintenant ! Va te faire foutre papa !!! *envoie la mallette contre le mur*

Alors qu'Oshi se retournait elle se retrouva face à face avec Hiba qui semblait désemparé et qui ne trouva pas grand chose à dire.

Hibari : Je te promet qu'on arrivera à ouvrir cette mallette...

Oshina ne lui répondit pas et monta rejoindre son lit et Didi qui préféra, même si elle avait entendue, ne rien dire.

 

Le lendemain, les emo étaient tout les 4 assis dans le salon, la mallette posé sur les genoux d'Oshi qui tentait de forcer la serrure de celle-ci.

Didi : Au pire pourquoi tu vas pas voir un mec qui fait des clef la ..

Hiba : Un cordonnier !

Didi : Mais non ça c'est un mec qui répare des chaussures

Kimin : C'est la même personne Didi...

Oshi : Parce qu'on est dimanche c'est fermé aujourd'hui !

Ils restèrent donc un moment sans rien dire les yeux fixés sois sur cette fichu mallette, sois le sol ou encore la fenêtre. La journée allez être longue. Hibari décida de s'éclipser quelques minutes sans pour autant que quelqu'un le remarque. Et quand il revint rien n'avait bougé, il s'approcha alors de son aînée et prit la mallette sans que celle-ci n'oppose de résistance. Il posa la valise au sol et essaya de l'ouvrir au pied-de-biche, chose qu'il était parti chercher auparavant. Hélas, cet attaché-case était résistant.

Hiba : Nan mais c'est quoi comme marque cette merde ?!

Kimin : Une marque qu'on ne pourra jamais se payer …

Didi : Oshi si on arrive à l'ouvrir tu me l'as donne ?

Hiba : Tu veux en faire quoi ?

Kimin : La garder pour mettre son argent dedans pour pas qu'on lui pique, tu l'as connais donc pas ?

Hiba : Si je me souviens encore de quand je lui ai piqué son argent la dernière fois … *se frotte le bras comme si une douleur ancienne le submergeait*

Kimin : Tu l'avais cherché en même temps !

Hiba : Tu étais avec moi traître !!!

Alors que les 3 se chamaillaient, Oshina elle était toujours muette et dans ses pensés. Ses camarades se calmèrent alors.

Didi : Tu devrais peut-être retourner voir le notaire demain, tant pis pour les cours !

Oshi : Hm...

 

Pendant ce temps à l'académie, Tamiku se reposait sur son lit en regardant le plafond, Maxime l'avait invité chez lui ce week end mais le blond au masque avait préféré refusé l'invitation sous l'incompréhension de l'autre blond. Un bruit le fit alors sortir de sa rêverie, cela venait du couloir. Malgré que ce n'était pas dans sa nature, il alla voir ce qui ce passait et découvrit, Kira et Lukas qui avaient presque inondé le couloir d'eau savonneuse et qui se laissaient glisser, tel des pingouins sur leurs banquises, au sol. Le blond vit alors la catastrophe arriver de loin, Tiphanie alias la nouvelle, courait en direction de sa chambre qui était celle d'à côté pour échapper au griffe de Yuki et d'Ari dans leurs partie de chat spécial ninja.

Et l'inévitable arriva, Tiphanie posa le pied sur le sol savonneux et appris alors le vol plané, elle essaya tant bien que mal d'atterrir dans une position digne d'une jeune femme mais le sol glissant la fis se ramasser comme une pauvre chaussette sale sur le dos de Kira.

Kira : Aie...

Tiphanie : Désolée... J'ai pas fait exprès...

Dans sa chute un objet avait volé et était atterris dans les mains de Tamiku, Tiphanie qui se relevait tâta son cou et en panique regarda autour d'elle. Elle repéra ce qu'elle cherchait dans les mains de Tamiku et lui arracha avant que celui-ci puisse voir ce que c'était. Puis elle peinât un moment mais réussi a rentrer dans sa chambre. Avant de rouvrir la porte et de crier :

Tiphanie : Lukas ! Kira ! La prochaine fois que vous faites ça je vous utilisent en sac de sable pour m’entraîner !!!

To be continued...